Forme et Bien-Être·Humeurs

5 conseils pour (enfin) s’accepter physiquement

Des articles comme celui là il y en a des tas. Je ne pense pas que je vais pouvoir me démarquer avec celui-là mais c’est un sujet qui me tiens beaucoup à cœur et par conséquent, je ne me voyais pas écrire le premier (vrai) article de mon blog sur autre chose. Sans entrer dans les détails (j’en ferais sûrement un article à part), j’ai pendant des années lutté contre moi-même pour accepter mon corps. J’ai souffert pendant trois ans de troubles alimentaires, moi qui plus jeune, n’avait aucun problème à m’aimer telle que j’étais.
Si j’écris cet article aujourd’hui, c’est aussi pour m’auto-convaincre qu’il y a tellement d’autres choses dans la vie que le physique et que nous ne devrions en aucun cas nous focaliser sur cela. En écrivant ces 5 conseils, je me mets aussi au défi de les respecter, auquel cas mon article manquerait de légitimité. Durant ces années de troubles alimentaires, j’ai eu une période durant laquelle j’étais déterminée à lutter, à m’en débarrasser. Et même si j’ai rechuté après cela, j’ai néanmoins fais d’énormes progrès.
Je vous partage donc ici les conseils qui ont fonctionné pour moi, pour enfin s’accepter physiquement.

Conseil n°1: arrêter de se comparer et faire attention aux réseaux sociaux

Cela peut paraître simple et bête dis comme cela mais croyez moi, ça fait beaucoup la différence. De nos jours, on est constamment confronté à la comparaison, et on s’en rends parfois même pas compte. Combien de fois j’ai regardé d’autres filles dans la rue, dans mon école ou même dans les réseaux sociaux et je me suis dis « ahlala j’aimerais tellement avoir son corps » ou encore « mais pourquoi je n’arrive pas à avoir des jambes aussi fines qu’elle ? ». Alors laissez moi vous dire une chose: vous êtes unique, chacune d’entre vous avez une morphologie différente de la personne à côté de vous et cela n’a aucun intérêt de vous comparer à autrui, si ce n’est créer en vous des complexes qui n’ont pas lieu d’être.
Je suis tout de même réaliste et je pense qu’on ne peut s’empêcher de regarder les autres, d’envier parfois certains corps, mais on est tous différentes et c’est cela qui fait la beauté du monde d’aujourd’hui. Je parlais la dernière fois avec une amie d’origine asiatique qui me disais qu’elle enviait les filles d’origine latines ou indiennes pour leur teint et leur formes. Ayant eu beaucoup d’amis d’origine indienne dans mon adolescence, tous m’enviaient pour mon teint clair. Ce que je veux vous dire par là c’est qu’il n’y a pas de standard type de corps parfait ou de beauté, mais plutôt des standards que l’on se crée nous-même. Il se peut que vous vous compariez à cette fille à côté de vous, enviant ses jambes fines et son ventre plat et qu’elle soit au même moment en train d’envier vos formes. Essayez juste de vous regarder et vous dire « ok, ce sont mes jambes, pas aussi fines que certaines filles mais ce sont les miennes, elle me font marcher, courir, vivre, alors je vais les aimer. » Par ailleurs, faites attention aux réseaux sociaux. Si pour l’instant vous n’êtes pas à l’aise avec votre corps (pour l’instant car ce n’est que temporaire), évitez de vous focaliser des photos de filles au corps « parfait » (entre guillemets car le corps parfait n’existe pas), n’oubliez pas que les réseaux sociaux ne transmette pas toujours l’exact réalité, ne passez pas des heures à checker les photos du genre « quoi manger pour perdre du poids? », « que faire pour avoir un ventre plat? ». Tout ce genre de messages véhiculés par les réseaux ne font qu’alimenter votre obsession du corps parfait, et vous avez bien plus intéressant à faire.

Conseil n°2: se détourner de ses complexes

C’est lié avec le conseil précédent (tous les conseils sont liés d’une façon ou d’une autre de toute façon) mais je sais qu’il n’est pas facile d’accepter ses complexes alors pour moi, une des choses qui m’a fait me sentir mieux a été de me détourner de ceux-ci. Par détourner j’entends arrêter de se focaliser sur cette partie du corps que vous n’aimez pas plutôt que d’en faire une obsession. Durant cette période, je regardais constamment (mais vraiment) le reflet de mon corps dans tous les miroirs que je trouvais. J’étais à la gare, je le regardais à travers les vitres du train, j’étais à la fac, pareil avec les portes. Chez moi, dans le miroir. Quand je marchais, je regardais directement mes cuisses etc. J’en étais obsédée. Alors j’ai arrêter, et je crois que c’est une des choses qui à le mieux fonctionné pour moi. Il m’arrivait de faire un gros repas, me regarder juste après ça et trouvé que j’avais pris 5kg d’un coup (faux évidemment). En arrêtant, je me suis rendue compte qu’en fait, mes complexes je me les créaient toutes seules. Je pensais que les gens autour de moi remarqueraient le moindre gramme gagné alors que non, j’étais seule à remarquer toutes ses choses. Ca paraît bizarre dis comme ça, « arrêter de vous regarder », et ça peut paraître contraire à l’idée de s’accepter, mais je pense que c’est vraiment un premier pas qui peut vous aider pour par la suite, pouvoir vous regardez, non pas pour jugez votre corps mais juste checker si les boutons de votre jupe sont tous fermés (je me suis rendue compte hier que j’avais oublié d’en fermer un; traumatisée un peu la fille ahahah)

Conseil n°3: se focaliser sur autre chose

Se détourner de ses complexes, faire autre chose que de juger son corps plusieurs fois par jour en apercevant son reflet, c’est aussi réaliser que le physique n’est pas la chose la plus importante dans notre vie, et de loin! Combien de journées gâchées à me détester, à me rabaisser, alors que j’aurais pu profiter, m’amuser, sourire? Combien de sorties refusées, d’excuses débitées à l’heure du déjeuner quand les propositions pour passer un bon moment entre amis s’offraient à moi? Qu’est-ce que le physique après tout? Un corps oui, sans lequel nous ne sommes rien mais que nous devons chérir, aimer, remercier de nous tenir en vie et non plus le détester. Je me souviens des moments durant lesquelles mon corps n’étaient plus une obsession. Ces moments là étaient ceux lors desquels j’était occupé, tant par mes études qu’occupée à m’amuser entre amis ou en famille. Ou même lorsque j’avais des soucis parfois, des problèmes à régler, lorsque mon esprit était tellement occupé que je ne pensais plus à cela. Je ne vous conseille pas d’avoir des problèmes bien entendu mais trouver une occupation, écrivez si vous aimez cela, créer un blog (une des raisons pour lesquelles j’ai créer mon blog d’ailleurs), faîtes une activité sportive qui vous fait plaisir, sortez, allez boire un verre, dansez, profitez et vivez.

Conseil n°4: Arrêter de vouloir tout contrôler, ne se priver de rien et chasser la culpabilité (3 en 1)

Alors oui je sais, il est plus rassurant d’avoir une organisation irréprochable, de tenir ses to-do list et les respecter à la lettre, de contrôler méticuleusement son mode de vie, faire ses séances de sports comme prévues (par qui? Par quoi? Qui vous y oblige si vous n’en avez pas envie?), garder le contrôle de son corps, ses calories, avoir l’illusion de contrôler sa vie. J’ai contrôlé mon apport calorique journalier, mon apparence, mes séances de sports à tel jour à telle heure, mes heures de sommeil etc. Et lorsqu’un imprévu pointait le bout de son nez, que la motivation pour me bouger était au plus bas ou que j’avais incroyablement envie de se bon repas fat à dîner je me sentais nulle. Mais vraiment. Et je me sentais moche, incapable, inutile. Alors ne vous infligez pas cela, laissez vous des marges (beaucoup de marges). Vous avez juste envie de rester dans votre lit à binge-watcher Netflix au lieu de faire votre séance? Faites-le. Vous n’avez pas respecté votre to-do list aujourd’hui? Tant pis. Lâchez prise, ça fait tellement du bien parfois. Ne vous privez de rien, faites ce dont vous avez envie de faire. Qui vous empêche de faire ça? De manger ça? De dire ça? Personne, personne, personne. Vous seule vous imposez des limites qui n’ont pas lieu d’exister. Soyez indulgentes envers vous-même car vous le méritez. Et surtout, ne culpabilisez pas! Vous n’êtes pas nulle si vous n’avez pas fait tout ce dont vous aviez prévu de faire aujourd’hui. Vous n’allez pas devenir énorme (et même si?) juste parce que vous avez mangez ce qui vous fait plaisir. Vous n’êtes pas une méchante fille, amie, petite amie si vous avez refusez cette sortie parce que vous vouliez juste passer un peu de temps seule, à prendre soin de vous et faire ce qui vous plaît. Tout ce dont vous faites, décidez de faire, mangez, dites est bon, ne culpabilisez de rien.

Conseil n°5: S’entourer des bonnes personnes

Je pense que j’ai gardé ce conseil pour la fin car il est un peu plus personnel et je ne sais pas s’il sera autant bénéfique pour vous qu’il l’a été pour moi. Quoi qu’il en soit, nous l’oublions souvent alors qu’il a une grande incidence sur notre vie et sur notre estime de soi. Entourez-vous des bonnes personnes. J’ai passé une grande partie de ma vie à faire des choses parce que je pensais n’avoir d’autres choix que les faire; sortir avec des personnes parce que je n’osais pas dire non, personnes qui se foutaient de savoir si je passais un bon moment avec eux ou si j’étais là simplement pour leur faire plaisir. J’ai voulu être l’amie parfaite, la copine parfaite, la fille parfaite, au détriment de mes propres envies et de ma santé mentale. J’avais peur oui, peur de ne plus plaire, peur que l’on me juge. Pourquoi? Parce que j’étais dans une sorte de relation toxique dans laquelle je m’effaçais, je n’existais que pour ses personnes sans qu’elles se soucient de mes envies. Je n’osais même plus dire que tel chose ou autre me déplaisait, que je n’avais pas envie de faire ceci ou cela. Je n’étais même plus moi-même. Ne faites pas cette erreur. Affirmez-vous, osez dire ce que vous pensez et si vous vous trouvez avec des gens en face de qui vous ne pouvez pas être vous-même, alors vous n’êtes pas avec les bonnes personnes. Les bonnes personnes vous aiment pour ce que vous êtes, avec vos qualités mais aussi vos défauts alors ne cachez pas ses défauts qui font aussi la personne que vous êtes. Je peux clairement voir lorsque je suis avec les bonnes personnes ou pas. Je ne me préoccupe plus de mon apparence, pourquoi le ferais-je? Cela n’a même plus aucun sens à mes yeux. Ils sont avec moi pour celle que je suis intérieurement et m’aime comme cela, que mon corps change ou reste le même. C’est dur je le sais, couper court à une relation, qu’elle soit amicale, amoureuse ou autre. Mais si elle ne vous fait pas du bien, si vous ne vous sentez pas heureuse dans celle-ci, n’hésitez plus, libérez-vous de cela. Vous méritez d’être aimé, alors restez avec ceux qui vous aimes pour votre « vrai » vous.

Petit conseil bonus: être patient

S’accepter demande du temps. Il y aura des hauts et des bas, comme j’en ai eu. Même lorsque cela semblera acquis, il y aura toujours des moments de doutes, de petits coups de mou. Mais ne vous découragez pas, love yourself! (j’espère que je vous ai mis la chanson de Justin Bieber dans la tête maintenant)

« La beauté commence au moment où vous décidez d’être vous-même » – Coco Chanel

Des bisous à vous!

____________________

Share:

7 commentaires sur “5 conseils pour (enfin) s’accepter physiquement

  1. oui tu m’as mit la chanson de Justin Bieber en tête arghhhhhh!
    j’ai aimé lire ton article et tu as parfaitement raison dans tout tes conseils! perso côté physique j’ai des moments compliqués mais ça va encore, le pire est l’anxiété sociale dans le sens où je vais me comparer aux autres à ce niveau et facilement me sentir seule etc alors que je ne le suis pas (mais je sais depuis peu que c’est parce que je dépends trop des autres affectivement ahah donc j’y travaille)
    courage à toi pour tout ça! ce n’est pas facile de s’accepter mais comme tu dis on est comme on est, on est tous différents et c’est pour cela que la comparaison etc est inutile, chacun a ses qualités et défauts, physiques ou mentaux, chacun a sa propre valeur et c’est si beau et tellement plus important que le détail abstrait de la  »beauté »

    J'aime

    1. Ton commentaire m’a vraiment touché, je suis contente que tu aies pris plaisir à le lire. Je pense qu’au jour d’aujourd’hui on accorde beaucoup trop d’importance au physique alors que ce n’est qu’un petit détail et qu’il y a tellement mieux à faire que se juger soi-même. Ça a été très dur pour moi de me défaire de tous mes automatismes, observer mon reflet partout, scruter le moindre bout de gras etc. Et c’est encore quelque fois difficile; hier encore j’étais à une cours de yoga et je ne pouvais m’empêcher de comparer mon corps à celui des autres. Mais il faut prendre du recul envers tout ça, et comme je l’ai dis je pense que s’entourer des bonnes personnes joue aussi un rôle important pour se sentir bien dans notre peau. Je te souhaites plein de courage en tout cas et n’oublie jamais que tu n’as pas à t’infliger quoi que ce soit qui te fasses te sentir mal.
      Je te remercie d’avoir lu mon article, passe une bonne journée 🙂

      J'aime

  2. Notre regard envers nous-même est parfois plus dur que celui que les autres nous portent. Il faut savoir prendre du recul. On peut plaire à l’un et déplaire à l’autre. Et après ? La beauté est subjective. L’important, c’est d’apprendre à s’aimer soi-même. Lorsque l’on n’est pas à l’aise avec son apparence ou avec soi, les autres le ressentent et en profitent parfois pour agrandir la brèche. Je pense qu’on est toutes belles (pas que physiquement). A nous de nous mettre en valeur avec nos particularités et notre unicité. A nous de nous entourer de personnes qui nous aiment et qui nous veulent du bien. L’apparence n’est qu’apparence. Elle ne définit pas notre personne. Il y a des jours où je me trouve belle, d’autres où j’ai du mal à poser les yeux sur mon miroir (problèmes de peau à certaines périodes, d’amincissement…). Mais en fait, plus rien n’a d’importance quand je vois que le regard de mon mari sur moi ne change jamais, quel que soit mon état. L’apparence n’est qu’une enveloppe qui évolue avec le temps, en bien, en moins bien. Elle est la marque de nos épreuves et la marque de ce qu’on lui apporte. Mais ce qu’on est à l’intérieur, c’est ça le plus important. Tous ces doutes forgent le caractère et quand on vieillit et qu’on est passé par là, je vois cela comme une chance. Cela nous permet de grandir, d’ouvrir notre cœur et notre esprit, de se moquer de la société, de ses codes, de sa mode, du moule dans lequel elle veut nous mettre et qu’il faut oser rejeter.

    Aimé par 1 personne

    1. Wow tu as vraiment tout dis! Ton commentaire m’a même mis la larme à l’œil tellement ce que tu dis là est vrai. Je me suis longtemps dis que je devais avoir un corps parfait pour que la personne que j’aimais ne se lasse jamais de moi. C’est d’ailleurs avec ça que j’ai compris que notre relation n’était pas saine et que je l’estimais beaucoup plus qu’il ne le méritait. Quelqu’un qui vous aime ne se préoccupe pas de votre apparence tant que cela n’a pas d’incidence sur la santé. Je te remercie du fond du coeur pour ton commentaire et dans tes moments de doute n’oublie jamais que ton sourire vaut mille fois plus cher que n’importe quel ‘défaut’ que tu peux te trouver.
      Des bisous 😘

      Aimé par 1 personne

Répondre à weaslayinherbed Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s