Humeurs

Et si on arrêtait de culpabiliser ?

J’écris ces mots de façon spontanée, prise par une envie de vous parler. Vous parler de ce que je ressens en ce moment, mettre des mots sur des maux présents depuis longtemps.
La société? Les réseaux sociaux? Soi-même? Les causes sont nombreuses, malgré de grands pas entrepris grâce à des comptes Instagram revendiquant l’estime de soi, l’amour de son corps etc. ce sentiment, que l’on parvient à chasser de petits coups de temps à temps, revient toujours au galop. Les mots que je pose aujourd’hui sont les mots d’une jeune fille, luttant pour accepter son image, luttant pour profiter pleinement de sa vie au-delà de son apparence et du regard des autres. Je n’ai pas toujours été comme ça. J’étais une enfant pleine de vie, qui ne se souciait guère de son reflet dans le miroir, de son poids sur la balance, des réflexions d’autrui. Mais en grandissant le doute s’installe, l’obsession grandit, le besoin incessant de se comparer aux autres, de vouloir toujours ce que je n’ai pas, de détester cette partie là ou ce point ci, de se dire qu’être joli, mince, sans un pointe de gras, c’est ce qui compte pour moi. Et avec tout ça, cette culpabilité qui ne me chasse pas, jamais, toujours là, de plus en plus présente, pour tout et pour rien. Alors aujourd’hui j’ai envie que ça s’arrête, j’ai envie de la chasser pour de bon, gagner ce combat une bonne fois et pour toute. Mais bien plus que ça, j’ai envie qu’on se batte ensemble, qu’on lui dise aurevoir ensemble, pour être pleinement en paix avec soi-même.
Et souvent, ça passe par des choses simples. Et souvent, le sujet est abordé dans les réseaux: pour ne plus culpabiliser et se sentir bien il faut adopter un mode de vie sain, manger équilibré, faire du sport, éliminer les aliments gras, sucrés, salés, manger bio, aller à la salle, arrêter l’alcool, dormir au moins huit heures chaque nuits, faire des to-do list etc. Et je ne vais pas être celle qui va à tort vous dire que toutes ces choses sont inutiles et fausses, mais je veux juste vous partagez mon opinion concernant tout ces dires et l’effet qu’ils ont sur moi. Car oui, passer une journée à manger des légumes, des aliments jugés ‘sain’, ne pas craquer face à ce carré de chocolat ou ce petit verre d’apéritif, effectuer mes trois séances de sport de la semaine, respecter à la lettre chaque tâche noté sur ma to-do list etc. est efficace pour ne pas culpabiliser, pour chasser ce sentiment qui trop souvent est bien présent. Mais si le lendemain, au cours d’une soirée entre amis, je succombe au bon burger du vendredi soir, au petit verre d’alcool à l’apéritif, je saute ma séance à la salle pour profiter de mes amis et fête oblige, je dors moins que mes 8 heures habituelles, qui sera là pour gâcher ces merveilleux moments de plaisir, de bonheur que la vie a gentiment décidé de m’offrir? Cette culpabilité, encore et toujours. Me sentir coupable de ne pas avoir été aussi ‘parfaite’ que la veille, de ne pas avoir respecté mes bonnes habitudes.
Alors non, j’ai arrêté.
Manger équilibré, healthy? Oui, si par définition vous entendez, manger ce que mon corps à envie, quand il a envie, lui apporter ses besoins mais pas seulement. Manger aussi ce qui est bénéfique à mon cerveau et moral, me faire plaisir, profiter des plaisirs culinaires qui font parti de la richesse de ce monde. Je n’ai plus faim mais c’est trop bon? Et bah je mange. J’ai déjà mangé du chocolat hier? Et alors! En fait, juste oublier, revenir quelques années en hier, où le problème n’était pas de savoir combien de calories un aliment contenait, s’il était jugé sain ou pas ou quelle note il obtenait sur Yuka mais juste d’avoir quelque chose pour se nourrir, pour vivre mais aussi se faire plaisir. Oublier tout ce que l’on dit sur la nourriture et juste manger ce qui vous fait envie, avec modération bien sûr, mais instinctivement nous n’avons même pas besoin de se le dire. Si on échappe à cette idée de modération, c’est parce que justement on y pense trop. Le corps est bien fait, si on s’écoute, tant bien physiologiquement que psychologiquement, on a même pas besoin de se raisonner. Alors n’y pensez plus, manger, donner de l’énergie à votre corps et du plaisir à votre cœur.
Il faut vraiment que je me remette à la salle. Combien de fois je me suis entendue dire ça! Je ne compte même plus. Alors oui bien sûr, pratique une activité physique régulière est indispensable pour avoir une bonne hygiène de vie, mais pourquoi ai-je l’impression d’être obligé d’aller à la salle de sport? Est-ce que je me suis déjà demandée si j’aimais ça ou si je le fais simplement parce que tout le monde le fait? Et bien maintenant je me le demande. Et c’est arrivé un peu du jour au lendemain. En voyant les réseaux plein de filles allant à la salle de sport, sortir des programmes de sport etc. Je m’y sens obligée, forcée, par peur de détester mon corps. Mais est-ce vraiment la bonne raison? Aller au sport pour faire comme tout le monde, pour éliminer les calories, avoir les mêmes abdos, les mêmes fesses qu’elle? Et la majeure partie du temps, je sèche, je saute ma séance et je passe ma journée à culpabiliser. Alors non, j’arrête ça aussi. Il viendra peut-être un moment où j’arriverais à aller à la salle parce que j’aime ça, parce que j’en ai envie et que ça me rend heureuse. Mais pour l’instant, je ne le fais pas pour les bonnes raisons, alors je dis non. Je préfère enfiler des baskets et faire une longue balade en ville, en campagne, dans un parc. Me bouger mais en faisant quelque chose qui me plaît. Et en attendant, en adoptant cette façon de penser, je suis sûre qu’il viendra un jour où j’aurais envie d’enfiler ma tenue de sport et me dépenser à la salle, avec envie et plaisir.

Ce ne sont que des exemples, mais ce dont je tenais à vous partagez, c’est mon sentiment à l’égard de ce qu’on nous dit de faire pour ne pas culpabiliser et qui au final, du moins pour moi, me fait culpabiliser encore plus. Je pense qu’il faut juste arrêter de vouloir suivre ce qu’on dit de faire et s’écouter, méditer sur ce que MOI, et cela est propre à chacun, j’ai envie de faire.
J’ai longtemps voulu être parfaite, pour plaire à des personnes, je me suis longtemps oubliée, j’ai oublié qui j’étais, ce que je voulais, ce qui me rendais heureuse, me faisait plaisir. Et j’ai réussi à ouvrir les yeux, à couper court à toute relation qui m’empêchait d’être moi-même, avec mes qualités et mes défauts. Entourez vous de personnes qui sauront vous apprécier, vous aimer pour votre être tout entier et pas seulement pour ce que vous faite pour eux. Osez dire non, affirmer et imposer vos choix. Vouloir être parfaite, tout contrôler, c’est alimenter ce sentiment de culpabilité, le faire revenir à chaque moment d’imperfection, de non-contrôle. Et n’oubliez pas qu’on est tous différent et que se comparer c’est forcément culpabiliser. Vous avez des tas de qualités que d’autres n’ont pas mais aussi des défauts qui font votre charme et compose votre personnalité. C’est ça qui fait de vous cet être unique.
Profitez, mangez, sortez boire un verre avec des amis, manger un bon resto (même en semaine, même si vous en avez déjà fait un la veille et même si un autre est prévu le lendemain). Si vous avez les moyens, ne vous privez pas pour de si bêtes raisons que celle de votre apparence. Et si vous avez envie de faire la fête jusqu’à 5h du matin, vous réveillez à 8h le lendemain? Prenez soin de vous mais faites le! Vous préférez acheter ce sac de pommes moins cher que l’autre bio à côté? Personne ne vous en voudra. Vous culpabilisez à chaque fois que vous ne respectez pas une tâche de votre to-do list? Arrêtez, n’en faites plus. Un petit pense-bête pour ne pas oublier les choses importantes peut tout aussi bien fonctionner.
PROFITEZ, PROFITEZ, PROFITEZ ET AIMEZ VOUS (parce que moi je vous aimes :p)

Ps: d’ailleurs, une amie vient juste de me proposer qu’on se voit pour se prendre un petit goûter, et il n’y a rien qui me rends plus heureuse là tout de suite!!!

Je vous mets ici quelques liens de vidéos, comptes Instagram ou blog qui m’ont aidé à progresser dans cette acceptation et à me sentir mieux. J’adorerais avoir aussi votre retour sur le sujet alors n’hésitez pas à vous exprimer en commentaire ou aussi sur mon compte Instagram (@myendlesshappiness), je serais super heureuse de partager un moment avec vous ❤️ Prenez soin de vous 🌸

– Louise, cette fille est juste merveilleuse, je me sens tellement mieux après chacun de ses posts, vidéos ou apparition. Un modèle, vraiment ❤️: https://my-betterself.com / @mybetter_self / Sa chaîne YouTube

– Romy et sa vidéo sur l’acceptation de son corps: https://youtu.be/3XcOdc6SD9I

– Adeline et sa vidéo sur son alimentation qui déculpabilise vraiment: https://youtu.be/DzDXEhrENKQ

– La fameuse EnjoyPhoenix qui donne de l’espoir et le sourire: Sa chaîne / Ses vlogs

– Ashley Graham: https://instagram.com/ashleygraham?igshid=1knybzf3y6n0

– I Weigh, un super compte Insta: https://instagram.com/i_weigh?igshid=z97a9qivl8vf

8 commentaires sur “Et si on arrêtait de culpabiliser ?

  1. De l’exigence et de la perfection découle la culpabilité. Une fois qu’on accepte l’inévitable (nous ne serons jamais parfait), on peut cheminer vers un mieux être… mais cela demande du temps ! J’ai traversé une drôle de période au lycée, je bannissais la nourriture de ma vie, « j’étais trop grosse ». A cette période, le corps change sans qu’on en ai le moindre contrôle, je suis parvenue à l’apprivoiser et à me l’approprier doucement, sans jugement. Aujourd’hui j’en suis satisfaite. J’ai des défauts oui mais je ferme les yeux dessus, j’ai des qualités qui compensent ! Alors manger sain, faire du sport oui. Déjà par plaisir et pour prendre soin de soi mais ne pas le vivre comme une contrainte. Manger gras de temps en temps et picoler, ça fait du bien aussi !!! Alors, on ne se prive pas !

    Line de https://la-parenthese-psy.com/

    J'aime

    1. Tu as vraiment tout dit! Ton commentaire me touche beaucoup, je me reconnais énormément dans ce que tu dis là et je suis vraiment contente que tu aies parvenu à t’accepter. Je te fais de gros bisous et je te remercie pour tes paroles.

      J'aime

  2. J’ai nourrit ce sentiment il y a quelques temps mais ça c’était avant de changer ma façon de penser et d’avoir décidé que je devrais vivre selon mes propres critères et non ceux des autres. Ce n’est pas chose facile d’échapper au dictacte des autres et que la société veut nous imposer…mais il faut savoir à un moment donné « choisir son camp » en décidant de ce qui est bon pour soi, pour l’amour de nous-même, pour son bien_être et la paix intérieur…

    J’espère que ces mots aurons pu t’aider.
    Reste positive. Bonne soirée. Bises. Yola

    J'aime

    1. Ton commentaire me touche beaucoup, merci à toi du fond du coeur ❣ Ça me réchauffe le coeur à chaque fois que je vois une femme ayant réussi à s’accepter et échapper à toutes ces règles qu’on nous impose. Je te fais des bisous et te souhaites une bonne soirée de même. Merci pour ta positivité ✨

      Aimé par 1 personne

Répondre à Toni Porter Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s