Humeurs

Et si on arrêtait de culpabiliser ?

J’écris ces mots de façon spontanée, prise par une envie de vous parler. Vous parler de ce que je ressens en ce moment, mettre des mots sur des maux présents depuis longtemps.
La société? Les réseaux sociaux? Soi-même? Les causes sont nombreuses, malgré de grands pas entrepris grâce à des comptes Instagram revendiquant l’estime de soi, l’amour de son corps etc. ce sentiment, que l’on parvient à chasser de petits coups de temps à temps, revient toujours au galop. Les mots que je pose aujourd’hui sont les mots d’une jeune fille, luttant pour accepter son image, luttant pour profiter pleinement de sa vie au-delà de son apparence et du regard des autres. Je n’ai pas toujours été comme ça. J’étais une enfant pleine de vie, qui ne se souciait guère de son reflet dans le miroir, de son poids sur la balance, des réflexions d’autrui. Mais en grandissant le doute s’installe, l’obsession grandit, le besoin incessant de se comparer aux autres, de vouloir toujours ce que je n’ai pas, de détester cette partie là ou ce point ci, de se dire qu’être joli, mince, sans un pointe de gras, c’est ce qui compte pour moi. Et avec tout ça, cette culpabilité qui ne me chasse pas, jamais, toujours là, de plus en plus présente, pour tout et pour rien. Alors aujourd’hui j’ai envie que ça s’arrête, j’ai envie de la chasser pour de bon, gagner ce combat une bonne fois et pour toute. Mais bien plus que ça, j’ai envie qu’on se batte ensemble, qu’on lui dise aurevoir ensemble, pour être pleinement en paix avec soi-même.
Et souvent, ça passe par des choses simples. Et souvent, le sujet est abordé dans les réseaux: pour ne plus culpabiliser et se sentir bien il faut adopter un mode de vie sain, manger équilibré, faire du sport, éliminer les aliments gras, sucrés, salés, manger bio, aller à la salle, arrêter l’alcool, dormir au moins huit heures chaque nuits, faire des to-do list etc. Et je ne vais pas être celle qui va à tort vous dire que toutes ces choses sont inutiles et fausses, mais je veux juste vous partagez mon opinion concernant tout ces dires et l’effet qu’ils ont sur moi. Car oui, passer une journée à manger des légumes, des aliments jugés ‘sain’, ne pas craquer face à ce carré de chocolat ou ce petit verre d’apéritif, effectuer mes trois séances de sport de la semaine, respecter à la lettre chaque tâche noté sur ma to-do list etc. est efficace pour ne pas culpabiliser, pour chasser ce sentiment qui trop souvent est bien présent. Mais si le lendemain, au cours d’une soirée entre amis, je succombe au bon burger du vendredi soir, au petit verre d’alcool à l’apéritif, je saute ma séance à la salle pour profiter de mes amis et fête oblige, je dors moins que mes 8 heures habituelles, qui sera là pour gâcher ces merveilleux moments de plaisir, de bonheur que la vie a gentiment décidé de m’offrir? Cette culpabilité, encore et toujours. Me sentir coupable de ne pas avoir été aussi ‘parfaite’ que la veille, de ne pas avoir respecté mes bonnes habitudes.
Alors non, j’ai arrêté.
Manger équilibré, healthy? Oui, si par définition vous entendez, manger ce que mon corps à envie, quand il a envie, lui apporter ses besoins mais pas seulement. Manger aussi ce qui est bénéfique à mon cerveau et moral, me faire plaisir, profiter des plaisirs culinaires qui font parti de la richesse de ce monde. Je n’ai plus faim mais c’est trop bon? Et bah je mange. J’ai déjà mangé du chocolat hier? Et alors! En fait, juste oublier, revenir quelques années en hier, où le problème n’était pas de savoir combien de calories un aliment contenait, s’il était jugé sain ou pas ou quelle note il obtenait sur Yuka mais juste d’avoir quelque chose pour se nourrir, pour vivre mais aussi se faire plaisir. Oublier tout ce que l’on dit sur la nourriture et juste manger ce qui vous fait envie, avec modération bien sûr, mais instinctivement nous n’avons même pas besoin de se le dire. Si on échappe à cette idée de modération, c’est parce que justement on y pense trop. Le corps est bien fait, si on s’écoute, tant bien physiologiquement que psychologiquement, on a même pas besoin de se raisonner. Alors n’y pensez plus, manger, donner de l’énergie à votre corps et du plaisir à votre cœur.
Il faut vraiment que je me remette à la salle. Combien de fois je me suis entendue dire ça! Je ne compte même plus. Alors oui bien sûr, pratique une activité physique régulière est indispensable pour avoir une bonne hygiène de vie, mais pourquoi ai-je l’impression d’être obligé d’aller à la salle de sport? Est-ce que je me suis déjà demandée si j’aimais ça ou si je le fais simplement parce que tout le monde le fait? Et bien maintenant je me le demande. Et c’est arrivé un peu du jour au lendemain. En voyant les réseaux plein de filles allant à la salle de sport, sortir des programmes de sport etc. Je m’y sens obligée, forcée, par peur de détester mon corps. Mais est-ce vraiment la bonne raison? Aller au sport pour faire comme tout le monde, pour éliminer les calories, avoir les mêmes abdos, les mêmes fesses qu’elle? Et la majeure partie du temps, je sèche, je saute ma séance et je passe ma journée à culpabiliser. Alors non, j’arrête ça aussi. Il viendra peut-être un moment où j’arriverais à aller à la salle parce que j’aime ça, parce que j’en ai envie et que ça me rend heureuse. Mais pour l’instant, je ne le fais pas pour les bonnes raisons, alors je dis non. Je préfère enfiler des baskets et faire une longue balade en ville, en campagne, dans un parc. Me bouger mais en faisant quelque chose qui me plaît. Et en attendant, en adoptant cette façon de penser, je suis sûre qu’il viendra un jour où j’aurais envie d’enfiler ma tenue de sport et me dépenser à la salle, avec envie et plaisir.

Ce ne sont que des exemples, mais ce dont je tenais à vous partagez, c’est mon sentiment à l’égard de ce qu’on nous dit de faire pour ne pas culpabiliser et qui au final, du moins pour moi, me fait culpabiliser encore plus. Je pense qu’il faut juste arrêter de vouloir suivre ce qu’on dit de faire et s’écouter, méditer sur ce que MOI, et cela est propre à chacun, j’ai envie de faire.
J’ai longtemps voulu être parfaite, pour plaire à des personnes, je me suis longtemps oubliée, j’ai oublié qui j’étais, ce que je voulais, ce qui me rendais heureuse, me faisait plaisir. Et j’ai réussi à ouvrir les yeux, à couper court à toute relation qui m’empêchait d’être moi-même, avec mes qualités et mes défauts. Entourez vous de personnes qui sauront vous apprécier, vous aimer pour votre être tout entier et pas seulement pour ce que vous faite pour eux. Osez dire non, affirmer et imposer vos choix. Vouloir être parfaite, tout contrôler, c’est alimenter ce sentiment de culpabilité, le faire revenir à chaque moment d’imperfection, de non-contrôle. Et n’oubliez pas qu’on est tous différent et que se comparer c’est forcément culpabiliser. Vous avez des tas de qualités que d’autres n’ont pas mais aussi des défauts qui font votre charme et compose votre personnalité. C’est ça qui fait de vous cet être unique.
Profitez, mangez, sortez boire un verre avec des amis, manger un bon resto (même en semaine, même si vous en avez déjà fait un la veille et même si un autre est prévu le lendemain). Si vous avez les moyens, ne vous privez pas pour de si bêtes raisons que celle de votre apparence. Et si vous avez envie de faire la fête jusqu’à 5h du matin, vous réveillez à 8h le lendemain? Prenez soin de vous mais faites le! Vous préférez acheter ce sac de pommes moins cher que l’autre bio à côté? Personne ne vous en voudra. Vous culpabilisez à chaque fois que vous ne respectez pas une tâche de votre to-do list? Arrêtez, n’en faites plus. Un petit pense-bête pour ne pas oublier les choses importantes peut tout aussi bien fonctionner.
PROFITEZ, PROFITEZ, PROFITEZ ET AIMEZ VOUS (parce que moi je vous aimes :p)

Ps: d’ailleurs, une amie vient juste de me proposer qu’on se voit pour se prendre un petit goûter, et il n’y a rien qui me rends plus heureuse là tout de suite!!!

Je vous mets ici quelques liens de vidéos, comptes Instagram ou blog qui m’ont aidé à progresser dans cette acceptation et à me sentir mieux. J’adorerais avoir aussi votre retour sur le sujet alors n’hésitez pas à vous exprimer en commentaire ou aussi sur mon compte Instagram (@myendlesshappiness), je serais super heureuse de partager un moment avec vous ❤️ Prenez soin de vous 🌸

– Louise, cette fille est juste merveilleuse, je me sens tellement mieux après chacun de ses posts, vidéos ou apparition. Un modèle, vraiment ❤️: https://my-betterself.com / @mybetter_self / Sa chaîne YouTube

– Romy et sa vidéo sur l’acceptation de son corps: https://youtu.be/3XcOdc6SD9I

– Adeline et sa vidéo sur son alimentation qui déculpabilise vraiment: https://youtu.be/DzDXEhrENKQ

– La fameuse EnjoyPhoenix qui donne de l’espoir et le sourire: Sa chaîne / Ses vlogs

– Ashley Graham: https://instagram.com/ashleygraham?igshid=1knybzf3y6n0

– I Weigh, un super compte Insta: https://instagram.com/i_weigh?igshid=z97a9qivl8vf

Forme et Bien-Être·Humeurs

5 conseils pour (enfin) s’accepter physiquement

Des articles comme celui là il y en a des tas. Je ne pense pas que je vais pouvoir me démarquer avec celui-là mais c’est un sujet qui me tiens beaucoup à cœur et par conséquent, je ne me voyais pas écrire le premier (vrai) article de mon blog sur autre chose. Sans entrer dans les détails (j’en ferais sûrement un article à part), j’ai pendant des années lutté contre moi-même pour accepter mon corps. J’ai souffert pendant trois ans de troubles alimentaires, moi qui plus jeune, n’avait aucun problème à m’aimer telle que j’étais.
Si j’écris cet article aujourd’hui, c’est aussi pour m’auto-convaincre qu’il y a tellement d’autres choses dans la vie que le physique et que nous ne devrions en aucun cas nous focaliser sur cela. En écrivant ces 5 conseils, je me mets aussi au défi de les respecter, auquel cas mon article manquerait de légitimité. Durant ces années de troubles alimentaires, j’ai eu une période durant laquelle j’étais déterminée à lutter, à m’en débarrasser. Et même si j’ai rechuté après cela, j’ai néanmoins fais d’énormes progrès.
Je vous partage donc ici les conseils qui ont fonctionné pour moi, pour enfin s’accepter physiquement.

Conseil n°1: arrêter de se comparer et faire attention aux réseaux sociaux

Cela peut paraître simple et bête dis comme cela mais croyez moi, ça fait beaucoup la différence. De nos jours, on est constamment confronté à la comparaison, et on s’en rends parfois même pas compte. Combien de fois j’ai regardé d’autres filles dans la rue, dans mon école ou même dans les réseaux sociaux et je me suis dis « ahlala j’aimerais tellement avoir son corps » ou encore « mais pourquoi je n’arrive pas à avoir des jambes aussi fines qu’elle ? ». Alors laissez moi vous dire une chose: vous êtes unique, chacune d’entre vous avez une morphologie différente de la personne à côté de vous et cela n’a aucun intérêt de vous comparer à autrui, si ce n’est créer en vous des complexes qui n’ont pas lieu d’être.
Je suis tout de même réaliste et je pense qu’on ne peut s’empêcher de regarder les autres, d’envier parfois certains corps, mais on est tous différentes et c’est cela qui fait la beauté du monde d’aujourd’hui. Je parlais la dernière fois avec une amie d’origine asiatique qui me disais qu’elle enviait les filles d’origine latines ou indiennes pour leur teint et leur formes. Ayant eu beaucoup d’amis d’origine indienne dans mon adolescence, tous m’enviaient pour mon teint clair. Ce que je veux vous dire par là c’est qu’il n’y a pas de standard type de corps parfait ou de beauté, mais plutôt des standards que l’on se crée nous-même. Il se peut que vous vous compariez à cette fille à côté de vous, enviant ses jambes fines et son ventre plat et qu’elle soit au même moment en train d’envier vos formes. Essayez juste de vous regarder et vous dire « ok, ce sont mes jambes, pas aussi fines que certaines filles mais ce sont les miennes, elle me font marcher, courir, vivre, alors je vais les aimer. » Par ailleurs, faites attention aux réseaux sociaux. Si pour l’instant vous n’êtes pas à l’aise avec votre corps (pour l’instant car ce n’est que temporaire), évitez de vous focaliser des photos de filles au corps « parfait » (entre guillemets car le corps parfait n’existe pas), n’oubliez pas que les réseaux sociaux ne transmette pas toujours l’exact réalité, ne passez pas des heures à checker les photos du genre « quoi manger pour perdre du poids? », « que faire pour avoir un ventre plat? ». Tout ce genre de messages véhiculés par les réseaux ne font qu’alimenter votre obsession du corps parfait, et vous avez bien plus intéressant à faire.

Conseil n°2: se détourner de ses complexes

C’est lié avec le conseil précédent (tous les conseils sont liés d’une façon ou d’une autre de toute façon) mais je sais qu’il n’est pas facile d’accepter ses complexes alors pour moi, une des choses qui m’a fait me sentir mieux a été de me détourner de ceux-ci. Par détourner j’entends arrêter de se focaliser sur cette partie du corps que vous n’aimez pas plutôt que d’en faire une obsession. Durant cette période, je regardais constamment (mais vraiment) le reflet de mon corps dans tous les miroirs que je trouvais. J’étais à la gare, je le regardais à travers les vitres du train, j’étais à la fac, pareil avec les portes. Chez moi, dans le miroir. Quand je marchais, je regardais directement mes cuisses etc. J’en étais obsédée. Alors j’ai arrêter, et je crois que c’est une des choses qui à le mieux fonctionné pour moi. Il m’arrivait de faire un gros repas, me regarder juste après ça et trouvé que j’avais pris 5kg d’un coup (faux évidemment). En arrêtant, je me suis rendue compte qu’en fait, mes complexes je me les créaient toutes seules. Je pensais que les gens autour de moi remarqueraient le moindre gramme gagné alors que non, j’étais seule à remarquer toutes ses choses. Ca paraît bizarre dis comme ça, « arrêter de vous regarder », et ça peut paraître contraire à l’idée de s’accepter, mais je pense que c’est vraiment un premier pas qui peut vous aider pour par la suite, pouvoir vous regardez, non pas pour jugez votre corps mais juste checker si les boutons de votre jupe sont tous fermés (je me suis rendue compte hier que j’avais oublié d’en fermer un; traumatisée un peu la fille ahahah)

Conseil n°3: se focaliser sur autre chose

Se détourner de ses complexes, faire autre chose que de juger son corps plusieurs fois par jour en apercevant son reflet, c’est aussi réaliser que le physique n’est pas la chose la plus importante dans notre vie, et de loin! Combien de journées gâchées à me détester, à me rabaisser, alors que j’aurais pu profiter, m’amuser, sourire? Combien de sorties refusées, d’excuses débitées à l’heure du déjeuner quand les propositions pour passer un bon moment entre amis s’offraient à moi? Qu’est-ce que le physique après tout? Un corps oui, sans lequel nous ne sommes rien mais que nous devons chérir, aimer, remercier de nous tenir en vie et non plus le détester. Je me souviens des moments durant lesquelles mon corps n’étaient plus une obsession. Ces moments là étaient ceux lors desquels j’était occupé, tant par mes études qu’occupée à m’amuser entre amis ou en famille. Ou même lorsque j’avais des soucis parfois, des problèmes à régler, lorsque mon esprit était tellement occupé que je ne pensais plus à cela. Je ne vous conseille pas d’avoir des problèmes bien entendu mais trouver une occupation, écrivez si vous aimez cela, créer un blog (une des raisons pour lesquelles j’ai créer mon blog d’ailleurs), faîtes une activité sportive qui vous fait plaisir, sortez, allez boire un verre, dansez, profitez et vivez.

Conseil n°4: Arrêter de vouloir tout contrôler, ne se priver de rien et chasser la culpabilité (3 en 1)

Alors oui je sais, il est plus rassurant d’avoir une organisation irréprochable, de tenir ses to-do list et les respecter à la lettre, de contrôler méticuleusement son mode de vie, faire ses séances de sports comme prévues (par qui? Par quoi? Qui vous y oblige si vous n’en avez pas envie?), garder le contrôle de son corps, ses calories, avoir l’illusion de contrôler sa vie. J’ai contrôlé mon apport calorique journalier, mon apparence, mes séances de sports à tel jour à telle heure, mes heures de sommeil etc. Et lorsqu’un imprévu pointait le bout de son nez, que la motivation pour me bouger était au plus bas ou que j’avais incroyablement envie de se bon repas fat à dîner je me sentais nulle. Mais vraiment. Et je me sentais moche, incapable, inutile. Alors ne vous infligez pas cela, laissez vous des marges (beaucoup de marges). Vous avez juste envie de rester dans votre lit à binge-watcher Netflix au lieu de faire votre séance? Faites-le. Vous n’avez pas respecté votre to-do list aujourd’hui? Tant pis. Lâchez prise, ça fait tellement du bien parfois. Ne vous privez de rien, faites ce dont vous avez envie de faire. Qui vous empêche de faire ça? De manger ça? De dire ça? Personne, personne, personne. Vous seule vous imposez des limites qui n’ont pas lieu d’exister. Soyez indulgentes envers vous-même car vous le méritez. Et surtout, ne culpabilisez pas! Vous n’êtes pas nulle si vous n’avez pas fait tout ce dont vous aviez prévu de faire aujourd’hui. Vous n’allez pas devenir énorme (et même si?) juste parce que vous avez mangez ce qui vous fait plaisir. Vous n’êtes pas une méchante fille, amie, petite amie si vous avez refusez cette sortie parce que vous vouliez juste passer un peu de temps seule, à prendre soin de vous et faire ce qui vous plaît. Tout ce dont vous faites, décidez de faire, mangez, dites est bon, ne culpabilisez de rien.

Conseil n°5: S’entourer des bonnes personnes

Je pense que j’ai gardé ce conseil pour la fin car il est un peu plus personnel et je ne sais pas s’il sera autant bénéfique pour vous qu’il l’a été pour moi. Quoi qu’il en soit, nous l’oublions souvent alors qu’il a une grande incidence sur notre vie et sur notre estime de soi. Entourez-vous des bonnes personnes. J’ai passé une grande partie de ma vie à faire des choses parce que je pensais n’avoir d’autres choix que les faire; sortir avec des personnes parce que je n’osais pas dire non, personnes qui se foutaient de savoir si je passais un bon moment avec eux ou si j’étais là simplement pour leur faire plaisir. J’ai voulu être l’amie parfaite, la copine parfaite, la fille parfaite, au détriment de mes propres envies et de ma santé mentale. J’avais peur oui, peur de ne plus plaire, peur que l’on me juge. Pourquoi? Parce que j’étais dans une sorte de relation toxique dans laquelle je m’effaçais, je n’existais que pour ses personnes sans qu’elles se soucient de mes envies. Je n’osais même plus dire que tel chose ou autre me déplaisait, que je n’avais pas envie de faire ceci ou cela. Je n’étais même plus moi-même. Ne faites pas cette erreur. Affirmez-vous, osez dire ce que vous pensez et si vous vous trouvez avec des gens en face de qui vous ne pouvez pas être vous-même, alors vous n’êtes pas avec les bonnes personnes. Les bonnes personnes vous aiment pour ce que vous êtes, avec vos qualités mais aussi vos défauts alors ne cachez pas ses défauts qui font aussi la personne que vous êtes. Je peux clairement voir lorsque je suis avec les bonnes personnes ou pas. Je ne me préoccupe plus de mon apparence, pourquoi le ferais-je? Cela n’a même plus aucun sens à mes yeux. Ils sont avec moi pour celle que je suis intérieurement et m’aime comme cela, que mon corps change ou reste le même. C’est dur je le sais, couper court à une relation, qu’elle soit amicale, amoureuse ou autre. Mais si elle ne vous fait pas du bien, si vous ne vous sentez pas heureuse dans celle-ci, n’hésitez plus, libérez-vous de cela. Vous méritez d’être aimé, alors restez avec ceux qui vous aimes pour votre « vrai » vous.

Petit conseil bonus: être patient

S’accepter demande du temps. Il y aura des hauts et des bas, comme j’en ai eu. Même lorsque cela semblera acquis, il y aura toujours des moments de doutes, de petits coups de mou. Mais ne vous découragez pas, love yourself! (j’espère que je vous ai mis la chanson de Justin Bieber dans la tête maintenant)

« La beauté commence au moment où vous décidez d’être vous-même » – Coco Chanel

Des bisous à vous!

____________________

Share:

Humeurs

Bienvenue sur mon blog

C’est excitant, très excitant. Taper ses premières phrases, tel un enfant fier de faire ses premiers pas dans un domaine qu’il apprécie, mais dont il n’avait jamais osé se consacrer avant. Je vous avoue que je suis un peu nerveuse en écrivant ce premier article, qui j’en suis sûr sera suivi d’une multitude d’autres. Mais d’une chose je suis encore plus sûre, c’est qu’au grand jamais je ne regretterais d’avoir un jour, après une semaine mouvementée par quelques coups de mous, décidé de faire une chose dont j’avais toujours rêvé: devenir bloggeuse.

Pourquoi ? J’ai toujours adoré l’écriture. Depuis mon plus jeune âge je m’amusais à écrire des poèmes, des chansons, des critiques littéraires que je postais sur internet (qui n’ont jamais été lues je pense). J’étais une enfant et une jeune fille pleine de vie, de passions, tout m’intéressais et je détestais m’ennuyer. J’adorais chanter; et j’adore toujours ça d’ailleurs, je m’étais mise au point de croix, mes ouvrages étant toujours bien rangés dans une boîte au fin fond d’un tiroir de ma cave. J’adorais cuisiner, me prenant au jeu en imitant les candidats de mes émissions préférées, faisant le bonheur de ma petite famille qui se régalait de goûter à mes petits desserts de jeune fille passionnée. J’ai fais de la danse, me suis essayée au tricot, à la photo, j’ai fais de la peinture aussi. Vous l’aurez compris, j’avais ce besoin de m’occuper, de toucher un peu à tout. Mais plus particulièrement, j’adorais passer mon temps à fouiner dans les blogs, à lire des articles de beauté, mode, voyages etc., à regarder des vidéos de mes Youtubeuses préférées. Et puis un jour, on se perd un peu, les études viennent envahir notre temps libre, et le peu de temps qu’il nous reste laisse place à la paresse. Et l’on perd un peu de cette créativité, on perd un peu de cette fougue qui nous donnait la vitalité d’avancer. Sans entrer dans les détails (j’en reviendrais sûrement dans un article), si j’ai décidé aujourd’hui de vous écrire, c’est aussi car j’en suis dans le besoin. Le besoin de trouvé goût à quelque chose, à quelque chose que j’ai moi-même créée, pour aussi en être fière. Ce n’est pas la première fois que j’y pense, mais je n’ai jamais osé faire le premier pas. Je pensais que c’était ridicule et que je ne saurais jamais à la hauteur des bloggeuses que j’aime lire chaque jour. Certes, je ne le serais sûrement pas, du moins à mes débuts, mais qu’importe ? J’aime écrire, j’aime ce monde qu’est la beauté, la mode, mais aussi tout ce qui entoure notre vie de tous les jours tels que la lecture, la cuisine ou les voyages. J’aime la vie, et je pense que le bonheur se trouve dans toutes ses petites choses de tous les jours, tout ces choses simples qui nous donne le sourire, et trouver un intérêt, quelque chose qui nous passionne est pour moi fondamental. Alors voilà, j’en suis là, et j’espère que vous pourrez vous retrouver dans mes articles et dans ma personne.

De quoi parle mon blog ? Je pense que vous l’aurez compris, je suis une touche à tout. J’adore explorer toute sortes de territoires inconnus, tout comme me conforter dans ceux qui me sont familiers. J’ai décidé de classer mon blog dans la catégorie lifestyle. Je parlerais de beauté, bien-être, culture, tout ce qui pour moi a sa place dans cette catégorie, tout ce qui touche aux choses de la vie de tous les jours. La beauté m’a toujours passionnée depuis mon plus jeune âge. J’avais déjà envie de me maquiller et suivais des tutos alors que j’étais encore une jeune enfant. Avec du recul, je pense que la beauté, incluant les soins, parfums etc. est liée au bien-être intérieur et a une signification plus importante que simplement un objectif de vente ou un produit marketing.

Oups, j’ai oublié de me présenter ! Je ne vous ai même pas dis mon petit nom mais moi, c’est Daniela. Je suis actuellement en 3ème année de licence d’anglais dans le but de devenir professeure d’anglais au lycée. A l’heure à laquelle j’écris cet article, et donc, par la même occasion, je crée mon blog, je suis en Ecosse, entamant mon troisième mois d’échange international Erasmus.

Je crois vous avoir tout dit… J’espère de tout cœur que vous apprécierez mes articles, et que je pourrais apporter un petit sourire sur vos visages lors de vos lectures. Je vous invite aussi à me suivre sur les réseaux sociaux, Instagram et Twitter, pour être au courant lors de mes nouveaux articles mais aussi pour suivre ma petite vie, que j’essaye de remplir de bonheur, sans fin…

Des bisous à vous et à bientôt !

Instagram : https://www.instagram.com/myendlesshappiness/

Twitter : https://twitter.com/HappinessDani

Hellocoton : https://www.hellocoton.fr/mapage/myendlesshappiness